A l’affiche récemment

Wasteland : New Art from Los Angeles – 12 mars – 17 juillet 2016

Wasteland_expo_web

L’exposition collective Wasteland : New Art from Los Angeles se déploie simultanément dans deux espaces, le Mona Bismarck American Center à Paris et la Galerie Thaddaeus Ropac à Pantin, du 12 mars au 17 juillet 2016. La commissaire Shamim M. Momin, présidente et directrice artistique de LAND (Los Angeles Nomadic Division) a rassemblé des œuvres des artistes comptant parmi les meilleurs de la scène artistique de Los Angeles aujourd’hui : Edgar Arceneaux, Lisa Anne Auerbach, Math Bass, Mark Bradford, Sam Falls, Daniel Joseph Martinez, Jon Pylypchuk, Fay Ray, Ry Rocklen, Amanda Ross-Ho, Analia Saban, Shannon Ebner/Erika Vogt et Brenna Youngblood.

À l’occasion de cette exposition sans précédent entre LAND, le Mona Bismarck American Center et la Galerie Thaddaeus Ropac, de nouvelles œuvres commandées aux quatorze artistes seront montrées avec des pièces récentes.  L’ensemble des œuvres répondent de part et d’autre à leur lieu d’installation, créant un dialogue inédit entre les œuvres elles-mêmes. C’est à l’initiative de LAND, dans le cadre de sa première exposition à l’international, que cette association plutôt originale en France entre une institution et une galerie a pu se produire, déclenchant ainsi un double regard sur le travail des artistes. Pour approfondir le dialogue entre deux villes d’art parmi les plus dynamiques au monde, LAND, le Mona Bismarck American Center et la Galerie Thaddaeus Ropac présenteront une programmation d’événements qui auront lieu à Paris et à Los Angeles au cours de l’exposition.
Archives


T221

Super-Héros : l’Art d’Alex Ross

Du 5 mars au 15 juin 2014.
Pour la première fois en France, une vaste sélection d’oeuvres d’Alex Ross a été exposées. Reconnu pour son photoréalisme, Ross est souvent désigné comme le « Norman Rockwell du monde du Comic Book ». Grâce à son regard unique porté sur les personnages cultes, tels que Batman, Superman, Spiderman, Wonder Woman et autres super héros, l’exposition a donné un aperçu de la carrière d’un artiste qui s’employa à redéfinir les codes des « comics » et du roman graphique américain.


Grace Kelly

Yousuf Karsh: Icônes du XXe Siècle 

Du 16 octobre 2013 au 26 janvier 2014.
Yousuf Karsh (1908-2002) a participé à plus de 15 000 séances photo et produit plus de 150 000 négatifs, parmi lesquels figurent les portraits les plus marquants d’un grand nombre de personnalités du monde culturel, politique et intellectuel, dont Ernest Hemingway, François Mauriac, Grace Kelly, John F. Kennedy, Christian Dior et Man Ray. L’exposition, qui a eu lieu au Mona Bismarck American Center, a réuni plus de soixante des portraits les plus saisissants du photographe, portraits de célébrités et de personnages officiels, juxtaposant par exemple, Frank Lloyd Wright avec Le Corbusier ou Charles de Gaulle avec Dwight Eisenhower. Des photographies originales ont été présentées à côté d’archives issues des couvertures que Karsh réalisa pour Life et Paris Match, témoignant ainsi de la transformation de ses portraits intimistes en icônes publiques. La remarquable carrière artistique de Karsh n’a eu d’égale que les vies extraordinaires de ceux qu’il a photographié. L’exposition Karsh a célébré l’exceptionnelle contribution de cet artiste à l’élaboration de la mémoire personnelle et historique du vingtième siècle.


Little Black Dress Little Black Dress

Du 3 juillet au 22 septembre 2013.
Organisée par le Savannah College of Art and Design Museum of Art (SCAD), l’exposition au Mona Bismarck American Center (sponsorisée par M•A•C Cosmetics), a retracé l’importance historique et contemporaine d’un phénomène vestimentaire singulier. A cette occasion, une cinquantaine de pièces ont été présentées, grâce aux contributions de créateurs d’hier et d’aujourd’hui. Selon André Leon Talley, commissaire de l’exposition, « Little Black Dress » a été conçue autour de diverses représentations de la petite robe noire, du siècle dernier à aujourd’hui. L’exposition a mis en évidence l’évolution de la petite robe noire : pièce considérée comme ordinaire à sa naissance et qui, au fil du temps, est devenue résolument plus contemporaine et symbolique grâce à la recherche de nouvelles textures, de nouveaux tons, et de nouvelles silhouettes.


IMG_QUILT_ART

Quilt Art: l’Art du Patchwork

Du 13 février au 19 mai 2013.
L’art du patchwork apparaît comme l’un des piliers de l’art décoratif américain. Mais quels sujets, récits, aspects ou encore symboles font de lui un art spécifiquement américain? Résultant d’un subtil mélange entre les techniques, les textiles des pays d’Europe et les motifs et modes de fabrications des Etats-Unis, la pratique du patchwork se développe dans une tradition tout à fait américaine à travers une iconographie et des styles bien définis. Différentes catégories de patchwork ainsi que de nouveaux motifs, tels que l’étoile de Bethléem, La Rose de Sharon s’introduisent alors et symbolisent un pays en mutation. L’exposition QUILT ART : L’Art du Patchwork, organisée du 13 février au 19 mai 2013, au Mona Bismarck American Center for art & culture, a présenté, de manière inédite, vingt-cinq patchworks datant du XVIIIe au XXe siècle, provenant des remarquables collections de l’American Museum en Grande-Bretagne. C’était une occasion exceptionnelle de célébrer la richesse et la diversité de cette tradition américaine, peu connue en France. Autour de l’exposition, des conférences, des ateliers en partenariat avec France Patchwork, des événements familiaux, des nuits de création et des performances ont été organisés et ont permis aux visiteurs de s’immerger dans cet univers.


Peasant Mother and Child,

Mary Cassatt à Paris: Dessins & Gravures de la Collection Ambroise Vollard

Du 26 septembre 2012 au  20 janvier 2013.
Mary Cassatt (1844-1926), l’unique artiste américaine et l’une des trois seules femmes appartenant à l’impressionnisme français, était captivée par les défis et les possibilités artistiques qu’offrait la gravure. Née en Pennsylvanie et partie en Europe comme étudiante, elle choisit de poursuivre sa carrière artistique à Paris, y trouvant une inspiration abondante pour ses gravures, dessins, eaux fortes, peintures, pastels et contre-épreuves. Ambroise Vollard, l’audacieux marchand d’art des Impressionnistes, connu pour son penchant pour les arts graphiques, reconnut très tôt la technique extraordinaire de ses gravures. Il fut si impressionné par leur modernité qu’il finit par acquérir l’intégralité de la collection de gravures et de dessins de son studio, dont la plupart n’ont jamais été montrés en France – jusqu’à cette exposition dévoilant soixante-sept de ses oeuvres.

 

ARCHIVES